Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
24 décembre 2013 2 24 /12 /décembre /2013 08:48

 

Retour sur le printemps 2013, le temps est humide et frais. Des averses fréquentes arrosent les sols déjà gorgés d'eau de pluie. C'est dans ces circonstances que je me suis mis à la recherche de batraciens. Plutot que de la faire ici en Seine et Marne, plus particulièrement en  forêt de Fontainebleau, j'ai décidé de descendre là ou la météo était la plus clémente.

C'est ainsi, que me voilà entrain de soulever de grosses pierres à flan de colline dans le vignoble héraultais. Je ne savais pas ce que cela donnerait car je ne me suis jamais retrouvé aux périodes de reproductions des crapauds et rainettes de cette région. Période qui se situe entre fin février et fin avril ! Hors là, c'est le mois de mai...

Encouragé par les pluies qui ont précédé ma venue, je me suis dit que peut être je verrais des espèces de crapauds que je connais pas ici en terre Gatinaise. Tout occupé à mon affaire, je repère une pierre qui me semble proposer une espèce de creux sur la face inférieure. Je m'approche, je vérifie quand même avant (histoire de ne pas déranger une vipère) et me voilà entrain d'admirer un crapaud que je n'avais personnellement jamais vu, un crapaud calamite. Comme je suis un curieux de nature, le simple fait de voir ce crapaud m'a rendu euphorique.

J'ai débuté ma séance de photos macro en essayant de mettre en avant les différences qu'il y a avec un crapaud commun (celui de nos jardins ici). Dans cette optique, j'ai continué ensuite mes recherches pour trouver finalement une bonne grosse femelle de l'espèce Bufo Bufo (crapaud commun).

Quelles différences entre un crapaud calamite et un crapaud commun ?

On peut commencer par la taille qui est bien plus réduite pour le calamite. Celle-ci se situe entre 7 et 8 cm pour les adultes alors que pour les communs, la taille oscille entre 9 et 15 cm. Il y a des éléments distinctifs comme la couleur de la pupille des yeux. Orange pour le commun et marbré jaune/vert pour le calamite. De plus ce dernier est affublé d'une ligne jaune partant du sommet du crane en son centre jusqu'au bas du dos. Le commun n'en a pas. Le chant du calamite est plus lent que celui du commun. Et surtout pour les franciliens, la plupart du temps vous verrez des crapauds communs. Il doit rester quelques rares spots en Ile de France ou le calamite donne de la voie au printemps. C'est la raison pour laquelle ces coins sont gardés secrets.

 

Le crapaud calamite en photos

  crapaud calamite - Bufo calamita

Crapaud calamite (Bufo calamita)

 

portrait crapaud calamite - Bufo calamita

Portrait du calamite (remarquez les yeux et la ligne jaune)

 

portrait crapaud commun - Bufo bufo

Crapaud commun (ici les yeux sont orange et pas de ligne jaune sur le dos)

 

Articles pouvant vous intéresser : Le pélodyte ponctué - La rainette méridionale - Ça bouge dans les mares de la région

 

 

 

 

Repost 0
Publié par Djamal - dans Batraciens
commenter cet article
14 septembre 2013 6 14 /09 /septembre /2013 06:45

 

Voilà un titre qui restera énigmatique jusqu'à la lecture de cet article ! C'est un nom bizarre qui désigne une espèce de crapaud relativement commun en France. Il est très localisé en région parisienne ce qui en fait une rarereté en Ile de France. Les photos du crapaud persillé (c'est son autre nom) ont été faite dans l'Hérault, au mois de mai, lors d'une semaine humide. Cet anoure se contente d'un point d'eau sommaire pour pondre. Il peut vivre 15 ans et ne mesure adulte que 3 à 5 cm. Il est de couleur gris claire avec des taches vertes, d'ou son nom de crapaud persillé. En fait, le pélodyte ponctué est un petit crapaud qui peut passer inaperçu de par son camouflage et sa taille.

En ce qui me concerne, c'est la première rencontre avec cette espèce dont j'ai entendu parlé mais jamais vu. Je suis conscient que notre pays comporte un certain nombre d'espèces de crapaud plus ou moins locales, mais voir autre chose que notre crapaud commun (celui des jardins ou des bois) est une première qui m'a occupé un moment. C'est pour cela que j'ai décidé de vous montrer ces photos, même si la majorité des lecteurs de ce blog seront peut être plus tourné vers les oiseaux, les papillons et les gros mammifères.

 

pelodyte ponctué - Pelodyte punctatus

Portrait d'un jeune Pélodyte ponctué

 

Gros plan pelodyte ponctué

 

pelodyte ponctué - Crapaud persillé

Repost 0
Publié par Djamal - dans Batraciens
commenter cet article
6 juillet 2013 6 06 /07 /juillet /2013 06:15

 

Joyau de la nature, la rainette méridionale est un petit amphibien vivant dans la partie sud du pays. Aimant les lieux humides et chauds, on entend son chant la nuit courant avril/mail ou lors d'une pluie d'été. Elle chante de préférence au bord d'un point d'eau. Peu sauvage, on peut la voir non loin d'une piscine extérieure ou d'une réserve d'eau quelconque. De toute beauté, le vert de sa peau ne peut confondre le promeneur sur l'espèce rencontrée. Seul une bande qui part du sud ouest de la France vers le sud-est réunira les 2 espèces françaises que sont la rainette méridionale (Hyla meridionalis) et la rainette verte (Hyla arborea).

Je fais une parenthèse en vous disant que la forêt de Fontainebleau abritait (je parle au passé) la rainette verte, sur un seul spot. Je doute qu'encore aujourd'hui l'espèce ai pu se maintenir. Cela ne veut pas dire que Hyla arborea a disparu de la région car il existe encore, heureusement, des dépendances forestières privées qui abritent ce petit batracien méconnu des franciliens.

Mais revenons à la rainette méridionale bien connu des provençaux. Bien que long de 4 à 5 cm environ, quelques mâles au printemps peuvent faire se faire entendre à des centaines de mètres. Complètement inoffensif, Hyla meridionalis a une particularité que j'ai observé une seule fois dans ma vie de naturaliste amateur, c'est une variante bleue de sa peau ! Autrement dit, de couleur vert pomme dans sa livrée habituelle, il arrive qu'un faible pourcentage de rainettes naissent bleues comme un schtroumpf. Il existe aussi la variante marron plus commune que la bleue. Et je peux vous dire que pour un photographe animalier voir la rainette méridionale bleue est un peu comme avoir trouvé le trésor de Rackham le rouge...

 

Les photos ci-dessous ont été prise au bord d'une lavogne sur des causses Héraultaises. Les lavognes sont des mares artificielles créées par les bergers pour étancher la soif des animaux en pâture. Bien qu'aujourd'hui, le pâturage et la transhumance soit plus rare, les lavognes profitent des pluies de printemps pour offrir un lieu de reproduction à nos jolis batraciens verts.

 

 

rainette méridionale - Hyla meridionalis

Au bord de la lavogne

 

portrait rainette méridionale - Hyla meridionalis

Portrait de la rainette méridionale

 

rainette méridionale bleue (hyla meridionalis)

La rainette bleue sur une vieille photo réalisée avec un petit appareil numérique pas cher (la qualité n'est pas au top mais bon...)

Repost 0
Publié par Djamal - dans Batraciens
commenter cet article
10 mars 2013 7 10 /03 /mars /2013 11:19

 

Lors de ma seconde visite à la  mare aux Cerfs ( forêt de Fontainebleau), je n'y ai pas vu de crapaud mais une bonne dizaine de grenouilles rousses émettant des coassements à peine audible. La saison de reproduction a bien débuté. Ici et là, les pontes, des sortes d'amas gélatineux avec des points noirs (oeufs) s'étalent dans les moindres points d'eaux. Discrètes, les grenouilles rousses pointent leur museau au dessus de l'eau et plongent à la moindre inquiétude. Aux mêmes endroits, les tritons aussi s'activent.

 

grenouille rousse

Grenouille rousse

 

ponte grenouille rousse

La futur génération de grenouilles rousses

 

triton ponctué

Triton ponctué

Repost 0
Publié par Djamal - dans Batraciens
commenter cet article
6 mars 2013 3 06 /03 /mars /2013 08:00

 

Les amphibiens d'Ile de France ont besoin pour survivre à cette période de l'aide des franciliens. Le printemps marque le début de leur migration vers les points d'eau. beaucoup se font écraser sur les routes lors de leur traversée. La reproduction étant le moteur de cette migration, une quantité de crapauds, de grenouilles rousses se déplacent.

 

oeil grenouille rousse 2010

 

Ces amphibiens sont des éléments essentiels de régulation des insectes. Protégeons les ! Pour cela, je vous invite à consulter un site internet dédié aux amphibiens. je vous met le lien ci-dessous pour connaitre les actions de préventions qui peuvent être réalisé :

 

Les amphibiens de Natureparif

 

Si chacun a l'opportunité d'aider un amphibien a rejoindre son lieu d'accouplement, ce sont des centaines de vies sauvées.

Repost 0
Publié par Djamal - dans Batraciens
commenter cet article

Présentation

  • : Forêt de Fontainebleau - La Nature dans tous ses états
  • Forêt de Fontainebleau - La Nature dans tous ses états
  • : Tous les secrets de la Forêt de Fontainebleau, découvrez la forêt sauvage et les lieux remarquables de Fontainebleau. Blog photos nature sur les oiseaux, insectes, mammifères, reptiles, batraciens, amphibiens, flore de la forêt de Fontainebleau.
  • Contact

Recherche

Catégories